Aller au contenu principal

Des outils numériques pour renforcer les soins de santé et améliorer l’accès pour les populations vulnérables

 
18 juillet 2023

Le présent siècle a été marqué par des vagues de crises sous la forme de catastrophes naturelles, de conflits et de maladies infectieuses généralisées. Tous ces éléments soulignent la nécessité de renforcer les approches des systèmes de santé en matière de préparation et d’intervention, aux niveaux local et mondial. 

La pandémie de COVID-19 a démontré qu’aujourd’hui plus que jamais, les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire ont un besoin pressant de systèmes de santé résilients associés à des mesures adéquates pour réagir de manière efficace et efficiente tout en réduisant au minimum les impacts sur les populations vulnérables, notamment les femmes et les filles, les réfugiés et réfugiées et les personnes déplacées au sein d’un même pays.

La recherche a prouvé à maintes reprises que les solutions de santé numériques jouent un rôle prometteur dans l’optimisation des niveaux de soins en augmentant la disponibilité et l’accessibilité des services de santé et en améliorant la qualité des données, tout en réduisant le fardeau qui pèse sur les systèmes de santé. En utilisant la pandémie actuelle comme mécanisme d’apprentissage pour cerner les lacunes existantes dans la préparation et les interventions des systèmes de santé, le Projet d’innovation et de recherche COVID-19 (CIRP) a proposé d’étudier l’efficacité du développement et de la mise à l’échelle de trois innovations en matière de santé numérique pour renforcer les systèmes de santé et améliorer l’accès aux soins pour les populations à risque dans certaines régions du Pakistan, du Tadjikistan, de la Syrie, du Kenya et de la Tanzanie. Le projet est une initiative de deux ans, dirigée par le Centre de ressources en télésanté du Réseau Aga Khan de développement et financée par le CRDI.

Le projet intègre les innovations dans les systèmes de santé en forgeant et en maintenant des partenariats avec les autorités sanitaires locales et nationales. Il utilise une approche de recherche appliquée à plusieurs volets, qui examine les questions suivantes :

  • Dans quelle mesure les caractéristiques de l’intelligence artificielle (IA) contribuent-elles à la détection précoce des maladies et influencent-elles positivement les comportements favorables à la santé parmi les populations à risque dans les zones géographiques cibles?
  • Dans quelle mesure une application mobile basée sur la téléconsultation est-elle efficace pour améliorer l’accès aux soins de santé pour les populations difficiles à atteindre dans les régions visées?
  • Comment une application mobile basée sur des solutions peut-elle aider à changer la sensibilisation et le comportement des fournisseurs de soins de santé?
  • Les innovations proposées en matière de santé numérique seront-elles efficaces, réalisables, utilisables et durables dans les systèmes de santé des régions visées?
Media
Deux mains tenant un smartphone avec une application CoronaCheck affichée à l'écran.
DANISH SHARIF/AGA KHAN UNIVERSITY
CoronaCheck, une application basée sur l’IA, améliore les connaissances et les comportements liés à la prévention et à la gestion de la COVID-19.

Voici certains des points saillants de ce projet de recherche :

  • L’application mobile relative aux équipements de protection individuelle (application mobile EPI) a été utilisée comme plateforme d’apprentissage en ligne pour fournir un contenu fondé sur des données probantes sur l’utilisation des EPI par le personnel de la santé dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire. Au total, 82 % des participantes et participants ont signalé que leur connaissance des pratiques en matière d’EPI s’était améliorée grâce à l’application. De même, 82 % ont déclaré que l’application avait entraîné un changement dans leur comportement. Ces résultats étaient significatifs chez les hommes et les femmes et dans tous les milieux de travail, l’amélioration la plus élevée ayant été observée chez les travailleuses et travailleurs de la santé employés dans des milieux informels.
  • VirtualDoc (Elaj Asan) a été utilisée comme une application de télémédecine offrant des téléconsultations non urgentes afin d’assurer la prestation de services aux personnes — comme les personnes âgées, les personnes ayant un handicap physique et les femmes et les filles dans les zones rurales et éloignées — qui font face à des obstacles pour accéder aux services de santé. Au total, 98 % des utilisatrices et utilisateurs ont trouvé l’application facile à utiliser et 99 % étaient satisfaits de la capacité de la plateforme à fournir des soins à distance, les plus fortes améliorations en matière de satisfaction ayant été observées dans les populations vivant en milieu rural.
  • CoronaCheck a été utilisée pour fournir des évaluations des risques fondées sur l’IA et réduire le fardeau des établissements de santé, diffuser du matériel fondé sur des données probantes, lutter contre la désinformation et fournir des ressources de soutien aux victimes de violences fondées sur le genre. Plus de 90 % des utilisatrices et utilisateurs ont déclaré que l’application avait entraîné une amélioration de leurs connaissances et de leur comportement en matière de prévention et de gestion de la COVID-19, et 99 % ont déclaré qu’ils étaient susceptibles d’utiliser à nouveau l’application.
  • Ce projet a aussi mené à l’établissement de partenariats avec des intervenants et intervenantes du système de santé dans différents pays, et a permis de tirer parti de ces relations pour comprendre le contexte, les défis et les possibilités uniques associés à la technologie dans chaque système de santé.
  • Une stratégie approfondie en matière de genre a guidé la mise en œuvre, le suivi et l’évaluation du projet, ainsi que la conception des applications mobiles créées dans le cadre du projet. Cette stratégie a assuré la disponibilité des plateformes pour les populations les plus vulnérables, y compris les femmes et les filles, et a permis de surmonter les principaux obstacles auxquels ces populations sont confrontées.

Le projet présente de nombreux avantages :

En savoir plus sur le projet.

Contributeurs : Avery Carter, gestionnaire des programmes et des partenariats, Santé, Fondation Aga Khan Canada; Saleem Sayani, directeur du Centre de ressources en télésanté du Réseau Aga Khan de développement (AKDN dHRC); et Momina Muzzamil, spécialiste de la recherche, AKDN dHRC

  • Il contribue au domaine d’études de plusieurs façons. On craint souvent que l’utilisation de la technologie contribue à accroître les inégalités en matière de santé, car certaines populations pourraient en bénéficier davantage. Cependant, les résultats de cette étude multipays suggèrent que lorsqu’une plateforme reflète les besoins et les capacités des utilisatrices et utilisateurs finaux, les populations résidant et travaillant dans des établissements isolés et informels en tirent le plus grand profit.

En même temps, la conception de l’étude et les contraintes financières n’ont pas permis une évaluation plus approfondie des inégalités connexes. Par conséquent, ces résultats pourraient être sujets à un biais de désirabilité sociale (car les participantes et participants peuvent surestimer l’amélioration de leurs connaissances et de leur comportement). On a veillé à ce que les participantes et participants sachent que le projet ne conserve aucune information qui pourrait permettre de les identifier. Quoi qu’il en soit, les résultats de ces études jettent les bases d’une recherche plus approfondie sur la façon dont la technologie peut être utilisée pour autonomiser les populations vivant dans des régions à ressources limitées, en particulier les projets de développement alignés sur l’ODD 3 : Bonne santé et bien-être, l’ODD 9 : Industrie, innovation et infrastructure et l’ODD 10 : Réduction des inégalités.

  • CoronaCheck : un résultat inattendu a été la forte hésitation à l’égard de la vaccination due à la désinformation entourant les vaccins contre la COVID-19. Pour atténuer cette réalité et réduire les hésitations à l’égard des vaccins à mesure que ceux-ci étaient déployés dans ces pays, l’équipe a élargi la portée de CoronaCheck afin de diffuser des informations fondées sur des données probantes concernant l’innocuité et l’efficacité des vaccins, ce qui s’est avéré un ajout précieux à l’application.
  • VirtualDoc : VirtualDoc a été adapté au système de santé de chaque pays et proposé en tant qu’outil de prestation de services pouvant être intégré au système d’information sur la gestion des hôpitaux (HIMS) des Services de santé Aga Khan, en Tanzanie. En plus de ses fonctionnalités de téléconsultation, l’application offrait également des options de pharmacie en ligne au Pakistan.
  • Application mobile EPI : au début de la pandémie, il y avait une pénurie d’EPI dans les milieux à faibles ressources ainsi qu’un afflux de littérature grise concernant son utilisation. Cette littérature a été analysée dans une revue systématique. Au fur et à mesure que la pandémie progressait, l’efficacité de méthodes de rechange a été établie et l’Organisation mondiale de la Santé a publié des directives claires sur le type d’EPI à utiliser et son utilisation correcte. Afin de garantir que l’application mobile EPI offre une sensibilisation fondée sur des données probantes, le contenu concernant les méthodes de rechange a été omis de la portée de l’application. Cependant, pour rester dynamique, l’équipe s’est efforcée d’incorporer tout contenu à l’appui de méthodes de rechange appuyées par des preuves crédibles.
  • Tirer parti d’alliances mondiales pour soutenir des sociétés plus durables et plus inclusives : l’adhésion et la rétroaction des gouvernements ont contribué à accroître l’utilisation et la durabilité des applications après la fin du projet. Des partenariats avec des entités locales et mondiales ont également été créés et renforcés en vue de projets et collaborations à venir.