Aller au contenu principal
Projet

Synergies dans l’infodivertissement vidéo : Espacement des naissances et formation régionale à déployer dans l’État de Bauchi du Nigeria
 

Nigéria
Numéro de projet
108551
Financement total
469,590.00 $ CA
Administrateur·trice du CRDI
Sana Naffa
État du projet
Terminé
Date de fin
Durée
36 mois

Programmes et partenariats

Organisation(s) principale(s)

Chargé·e de projet:
Dr Anne Cockcroft
Canada

Chargé·e de projet:
Yagana Gidado
Nigeria

Sommaire

Le Nigeria affiche un taux de mortalité maternelle et infantile parmi les plus élevés au monde.En savoir plus

Le Nigeria affiche un taux de mortalité maternelle et infantile parmi les plus élevés au monde. Le taux de mortalité maternelle est particulièrement élevé dans l’État de Bauchi où, selon un sondage récent, seulement 16 % des femmes ont donné naissance en l’absence de préposés qualifiés et seulement 40 % sont allé quatre fois ou plus dans un établissement du gouvernement avant l’accouchement (ce nombre de quatre correspond à une norme minimale établie par l’UNICEF et l’Organisation mondiale de la Santé). Le gouvernement national et les gouvernements d’État ont tous les deux déterminé que la mortalité maternelle était une question prioritaire et portent une attention particulière au renforcement des services primaires de soins de santé afin d’améliorer la santé maternelle et infantile.

L’une des stratégies importantes visant à réduire la mortalité maternelle et infantile est l’espacement des naissances. Ce projet, un partenariat entre la Royal Institution for the Advancement of Learning de l’Université McGill et la Federation of Muslim Women’s Associations au Nigeria, développera et mettre à l’essai une intervention adaptée culturellement de visite à domicile qui met l’accent sur l’espacement entre les naissances et l’utilisation de contraceptifs. Cette approche de visite à domicile au moyen de technologies portables d’éducation vidéo est en usage auprès de la population la plus vulnérable. Elle sera déployée à toutes les femmes enceintes et à leurs époux. Ces interventions porteront sur la réduction des risques des grossesses et des accouchements et soutiendront les couples qui adopteront des comportements sécuritaires d’espacement des naissances, et ce, au moyen de pratiques culturelles pertinentes. Le projet poursuivra sa collaboration avec les gouvernements d’État, en particulier avec la Bauchi State Primary Health Care Development Agency, pour donner à une masse critique d’agents les compétences et les outils nécessaires pour gérer, superviser et surveiller efficacement un programme de ce type.

Ce projet est financé par le programme Innovation pour la santé des mères et des enfants d’Afrique. L’ISMEA est une initiative d’une durée de sept ans financée à hauteur de 36 millions de dollars par Affaires mondiales Canada, le CRDI et les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC).

Résultats de recherche

Voir tous les résultats de recherche Opens in new tab
Article
Langue:

Anglais

Sommaire

In Bauchi State (northern Nigeria), “kunika” describes a short interval between successive births, understood as becoming pregnant again before the previous child is weaned. Participants of the study mapped common causes of kunika: frequent sex; not using modern or traditional contraception; and family dynamics. Women indicated forced sex as an important cause, but men focused on lack of awareness about contraception and fear of side effects. Promoting contraception is unlikely to be enough on its own to reduce kunika. The summary maps can help local stakeholders to co-design culturally safe ways of reducing kunika.

Auteure(s) et auteur(s)
Sarmiento, Ivan
Article
Langue:

Anglais

Sommaire

Short birth interval is more common among women in low- and middle-income countries. Identifying actionable aspects of short birth interval is necessary to address the problem. The review concludes that research has most commonly explored education and age of the mother, previous pregnancy outcome, breastfeeding, contraception, socioeconomic level, parity, and sex of the preceding child. A shorter time breastfeeding and the female children were the only factors consistently associated with short birth intervals. The quantitative and qualitative studies reported largely non-overlapping results.

Auteure(s) et auteur(s)
Pimentel, Juan
Voir tous les résultats de recherche Opens in new tab