Aller au contenu principal
Projet

Renforcer la sécurité alimentaire au Maroc : systèmes semenciers innovants et mécanismes de mise à l’échelle dans la production à base de blé
 

Maroc
Numéro de projet
110271
Financement total
1,009,300.00 $ CA
Administrateur·trice du CRDI
Marwan Owaygen
État du projet
Actif
Durée
48 mois

Organisation(s) principale(s)

Chargé·e de projet:
Faouzi Bekkaoui
Morocco

Sommaire

Le blé est la principale culture vivrière du Maroc; cependant, la productivité du blé est faible, avec un rendement moyen de moins de deux tonnes par hectare. Le Maroc couvre en moyenne 60 % de ses besoins en blé et dépend des importations, en particulier lors des années sèches.En savoir plus

Le blé est la principale culture vivrière du Maroc; cependant, la productivité du blé est faible, avec un rendement moyen de moins de deux tonnes par hectare. Le Maroc couvre en moyenne 60 % de ses besoins en blé et dépend des importations, en particulier lors des années sèches. L’invasion de l’Ukraine par la Russie a eu des répercussions directes sur les prix du blé au Maroc, et la situation s’aggrave avec l’apparition de conditions climatiques extrêmes, principalement des vagues de chaleur ou de sécheresse. Le renouvellement et l’amélioration des variétés de blé stagnent depuis plus de 20 ans, et le système semencier actuel a une capacité limitée à produire, multiplier et distribuer suffisamment de semences de qualité afin de répondre à la demande des agricultrices et agriculteurs.

Le projet évaluera les systèmes semenciers actuels et travaillera avec des organisations publiques, privées et communautaires afin de concevoir, mettre à l’essai et mettre en place des interventions plus efficaces et tenant compte de l’égalité des genres en vue de l’améliorer, y compris la participation des femmes à la multiplication des semences certifiées. Six plateformes d’innovation seront mises en place dans les différentes zones agroécologiques afin de faciliter la participation des parties prenantes nécessaires afin de piloter et démontrer les effets de l’adoption de variétés améliorées et de pratiques de gestion des cultures sur la productivité, les revenus et la résilience face aux changements climatiques. Il est prévu que 5 000 agricultrices et agriculteurs adoptent des variétés de blé améliorées et des pratiques agronomiques (y compris l’agriculture de conservation et l’irrigation complémentaire informée par des capteurs numériques et l’imagerie satellite), contribuant ainsi à accroître la productivité des systèmes de production à base de blé et leur résilience face aux changements climatiques.

Ce dernier est soutenu par le Fonds d’accélération de la recherche sur le blé, un partenariat de cofinancement entre le CRDI et Agriculture et Agroalimentaire Canada.