Aller au contenu principal
Projet

Nouvelles approches pour déterminer les probiotiques antiviraux optimaux pour l’industrie porcine dans les pays à faible revenu
 

Kenya
Numéro de projet
109053
Financement total
1,607,054.00 $ CA
Administrateur·trice du CRDI
Illiassou Hamidou Soumana
État du projet
Actif
Date de fin
Durée
33 mois

Organisation(s) principale(s)

Chargé·e de projet:
Anastasia N. Vlasova
United States

Chargé·e de projet:
Joshua O. Amimo
Kenya

Sommaire

La lutte efficace contre les principaux agents pathogènes viraux entériques (y compris les rotavirus) du bétail est essentielle à la santé et à la production porcine.En savoir plus

La lutte efficace contre les principaux agents pathogènes viraux entériques (y compris les rotavirus) du bétail est essentielle à la santé et à la production porcine. Malheureusement, les mauvaises pratiques en matière de biosécurité dans de nombreux pays en développement et le manque de vaccins et d’antiviraux efficaces constituent des défis majeurs dans la lutte contre les rotavirus. Les pratiques liées aux antibiotiques, y compris l’usage préventif, abusif ou inapproprié d’antibiotiques, nécessitent une attention urgente. Les probiotiques ont toujours été utilisés pour améliorer l’efficience alimentaire et la santé des animaux d’élevage. Cependant, la plupart des résultats sur la promotion de la santé ou sur l’activité antivirale des probiotiques étaient non concluants, incohérents ou incomplets.

Les rotavirus reconnaissent les antigènes de groupes sanguins (histoantigènes) des cellules épithéliales intestinales comme facteurs de fixation. Cela peut affecter leur pathogénie, et bien que certains lactobacilles se lient à différents antigènes de groupes sanguins qui peuvent bloquer la fixation du virus aux cellules, certaines protéobactéries produisent des antigènes semblables aux histoantigènes qui peuvent se lier directement à différents virus.

L’équipe de recherche, une collaboration entre l’Ohio State University et l’Université de Nairobi, cherche à comprendre si ces mécanismes d’action probiotique sous-estimés peuvent fournir une justification plus solide pour le choix d’options alimentaires optimales pour compenser la perte des avantages liés aux antibiotiques et pour combattre les virus entériques et les infections bactériennes secondaires associées. Ces interactions tripartites d’antigènes histoantigènes-virus-bactérie des bactéries immunomodulatrices et antivirales probiotiques/commensales sélectionnées in vitro et in vivo seront systématiquement évaluées. De petits entéroïdes intestinaux porcins seront utilisés pour déterminer les antigènes de groupes sanguins — bactéries exprimant et liant les antigènes — et pour évaluer leur capacité à bloquer l’infection à rotavirus. Des porcelets néonataux seront utilisés pour évaluer les effets des interactions des antigènes de groupes sanguins probiotiques sur la protection contre les infections virales. Cela devrait contribuer à réduire l’utilisation des antibiotiques et à améliorer la durabilité de l’industrie porcine dans les pays en développement.

Résultats de recherche

Voir tous les résultats de recherche Opens in new tab
Article
Langue:

Anglais

Sommaire

Growing evidence suggests that host cellular glycans, such as histoblood group antigens (HBGAs) and sialic acids (SA), are recognized by the RV surface protein VP4. This detailed study established a porcine crypt-derived 3D intestinal enteroids (PIEs) culture system which contains all intestinal epithelial cells identified in vivo and represents a unique physiologically functional model to study RV-glycan interactions in vitro. Overall, results confirm that differential HBGAs-RV and SA-RV interactions determine replication efficacy of virulent group A RVs in PIEs. Consequently, targeting individual glycans for development of therapeutics may not yield uniform results for various RV strains.

Auteure(s) et auteur(s)
Guo, Yusheng
Article
Langue:

Anglais

Sommaire

The study established a porcine crypt-derived 3D intestinal enteroids (PIEs) culture system which contains all intestinal epithelial cells identified in vivo and represents a unique physiologically functional model to study RV-glycan interactions in vitro. Rotaviruses (RVs) are a leading cause of acute viral gastroenteritis in young children and livestock worldwide. Findings from the research indicate that targeting individual glycans for development of therapeutics may not yield uniform results for various RV strains. PIEs can serve as a model to study pathogen-glycan interactions and suggest that genetically distinct RVs have evolved diverse mechanisms of cell attachment and/or entry.

Auteure(s) et auteur(s)
Guo, Yusheng
Voir tous les résultats de recherche Opens in new tab

À propos du partenariat

Partenariat(s)

InnoVet-AMR : Solutions vétérinaires innovatrices pour la résistance aux antimicrobiens

InnoVet-AMR vise à faire face à la nouvelle menace mondiale de la résistance aux antimicrobiens en réduisant l’utilisation abusive des antimicrobiens dans la production animale dans les pays du Sud