Aller au contenu principal
Projet

La mondialisation en un clin d’oeil – Possibilités et risques pour les femmes productrices de karité en Afrique de l’Ouest
 

Burkina Faso
Numéro de projet
108978
Financement total
462,200.00 $ CA
Administrateur·trice du CRDI
Michele Leone
État du projet
Terminé
Date de fin
Durée
24 mois

Programmes et partenariats

Agriculture et sécurité alimentaire

Organisation(s) principale(s)

Chargé·e de projet:
Andrew Wardell
Indonesia

Sommaire

Les fruits, les noix et le beurre de karité sont des produits forestiers non ligneux issus du karité (Vitellaria paradoxa), l’espèce la plus répandue dans les forêts-parcs d’Afrique de l’Ouest.En savoir plus

Les fruits, les noix et le beurre de karité sont des produits forestiers non ligneux issus du karité (Vitellaria paradoxa), l’espèce la plus répandue dans les forêts-parcs d’Afrique de l’Ouest. La région représente la quasi-totalité des exportations de karité, le Burkina Faso étant l’un des principaux exportateurs. Les fruits et le beurre sont des ingrédients importants dans l’alimentation des communautés rurales, tandis que la commercialisation des excédents constitue une importante source de revenus pour les femmes.

La demande mondiale croissante de noix de karité et de beurre de karité ainsi que les pressions exercées en vue de renforcer les systèmes de production agricole locaux afin de répondre à la demande de nourriture et de bois de chauffage constituent de nouvelles menaces quant à la durabilité des parcs et aux moyens de subsistance des femmes. Par ailleurs, les services économiques et environnementaux fournis par les parcs du karité revêtent une importance accrue pour les communautés locales.

Ce projet abordera deux questions principales. Premièrement, alors que la dynamique du marché du karité évolue en raison des cadres réglementaires transnationaux et du regroupement à grande échelle des achats de noix de karité pour approvisionner les sociétés transnationales, quelles sont les conséquences pour les moyens de subsistance des productrices rurales qui occupent le point amont de la chaîne de valeur, et les parcs à karité dont ces femmes dépendent ? Deuxièmement, dans un contexte de changements climatiques et de pression croissante sur les arbres et les produits du karité, quelles stratégies peuvent améliorer la durabilité et la gestion équitable des parcs à karité tout en assurant aux femmes un accès aux ressources du karité ?

Le principal résultat produit par ce projet sera l’amélioration de la gouvernance et de la gestion des parcs et des chaînes de valeur du karité afin de réduire la vulnérabilité des femmes aux chocs économiques et climatiques. Le projet utilisera une combinaison d’approches comprenant la recherche participative, les méthodologies pour les ménages, les processus d’apprentissage social, l’analyse mondiale des chaînes de produits, une approche à plusieurs niveaux de gouvernance et l’élaboration de politiques, réglementations et pratiques plus efficaces. Cette dernière intégrerait des aspects tels que la réglementation, l’accréditation, l’accès des femmes au crédit, les droits fonciers et un meilleur accès au marché pour les produits du karité.