Aller au contenu principal

Le CRDI s'engage à soutenir la recherche sur la gestion des déplacements induits par les crises climatiques

 
Le CRDI lance de nouveaux investissements dans la gouvernance des déplacements induits par les crises climatiques dans le cadre d’un engagement à soutenir la recherche dirigée par les pays du Sud, annoncé par le gouvernement du Canada lors du Forum mondial sur les réfugiés de 2023 à Genève, en Suisse.
Des représentants et représentantes de la Croix Rouge péruvienne s’addressent à des gens assis sur des gradins.
Angela Zapata/La Croix Rouge alemande et le Climate Centre

La nouvelle recherche aidera à mieux comprendre comment assurer une gouvernance efficace et significative dans le contexte des déplacements dus aux changements climatiques. 

On estime qu’entre 150 à 216 millions de personnes seront contraintes de quitter leur foyer et leurs terres en raison des changements climatiques d’ici 2050. Leurs déplacements seront motivés par différents facteurs, tels que des phénomènes météorologiques extrêmes et des effets à évolution lente, comme la rareté de l’eau et l’élévation du niveau de la mer. Les projets de développement liés au climat et les politiques d’adaptation, y compris les réinstallations et les relocalisations planifiées, seront également à l’origine de ce déplacement. 

La gouvernance pose un défi majeur dans les cas de déplacement et de réinstallation induits par le climat, à savoir comment s’assurer que les réponses sont conçues de manière inclusive, participative et conforme aux droits de la personne. La nouvelle recherche proposera des stratégies pour assurer l’implication et la participation des groupes vulnérables dans les réponses à ce déplacement, en mettant l’accent sur les programmes de réinstallation et de relocalisation. 

« Les gouvernements sont tenus de réagir aux personnes qui sont forcées de fuir lorsque leurs terres deviennent inhospitalières », a déclaré Caroline Ford, directrice, Gouvernance démocratique et inclusive du CRDI. « Ils ont besoin de faire des recherches pour savoir comment le faire de manière responsable, inclusive et centrée sur les personnes. » 

L’engagement a été annoncé dans le cadre de l’ensemble des engagements du gouvernement du Canada lors du Forum mondial sur les réfugiés de 2023, qui a eu lieu du 13 au 15 décembre. Le CRDI investira un total de 4,2 millions de dollars canadiens dans des initiatives dirigées par des pays du Sud sur la gouvernance des déplacements induits par le climat, en commençant par les trois projets de recherche suivants : 

La Facultad Latinoamericana de Ciencias Sociales étudie comment les changements climatiques affectent les déplacements de personnes dans les Andes centrales, une région très vulnérable aux déplacements liés au climat. Le travail comprend une analyse comparative des cadres réglementaires et des institutions existantes traitant de cette question en Bolivie, en Équateur et au Pérou, ainsi que des études de cas sur les connaissances, les expériences et les réponses des communautés dans des situations de grande vulnérabilité. Cette recherche aidera à renforcer les connaissances et les capacités des communautés en mouvement en raison des changements climatiques et à soutenir l’élaboration de politiques publiques et d’outils pour améliorer la gouvernance des déplacements liés au climat dans la région. 

En savoir plus 

En Asie du Sud, on estime que 700 000 établissements ruraux risquent d’être déplacés en raison de la crise climatique, les inondations devenant de plus en plus fréquentes et plus graves. L’Université de New South Whales (Australie) étudie les besoins et les mécanismes d’adaptation des populations déplacées au Népal, au Bangladesh et en Inde, et examine comment elles peuvent participer à la gestion de leur situation. La recherche permet de développer et de tester un outil unique d’évaluation rapide de la vulnérabilité au déplacement, en particulier pour les femmes et les filles, et un modèle pour atténuer ces vulnérabilités, en mettant l’accent sur les écosystèmes de logement où les personnes déplacées par le climat se sont installées. Le projet est entrepris en collaboration avec les services techniques de SEEDS (Inde), l’Institut national de technologie Visvesvaraya, à Nagpur (Inde), de l’Université de Tribhuvan (Népal) et de la BRAC Institute for Governance and Development (Bangladesh). 

En savoir plus 

Les phénomènes météorologiques extrêmes causés par la crise climatique entraînent le déplacement de nombreuses personnes et populations en Afrique australe. La Zimbabwe Environmental Law Association mène des recherches afin d’explorer les cadres juridiques, politiques et institutionnels des déplacements liés au climat au Malawi, en Zambie et au Zimbabwe, et d’analyser l’impact de ces cadres sur les communautés locales touchées. L’analyse examinera également comment les formes d’exclusion croisées (comme le genre, la classe, l’âge, l’origine ethnique et la race) influencent la gouvernance des déplacements induits par le climat. La nature comparative de la recherche soutiendra les expériences d’apprentissage transnationales et soutiendra l’élaboration de programmes de formation, de plaidoyer et de sensibilisation destinés aux organisations de la société civile, aux leaders communautaires et aux décisionnaires à l’échelle régionale et nationale. 

En savoir plus