Aller au contenu principal

Notre approche en matière d’écriture inclusive

L’inclusion fait partie intégrante de notre culture organisationnelle, de nos politiques et de nos pratiques. Elle est aussi au cœur de notre mission et de notre vision de la recherche.

Pour construire Un monde plus durable et inclusif, la recherche pour le développement doit tenir compte des inégalités. Elle doit aussi produire des connaissances qui s’attaquent aux systèmes qui perpétuent les inégalités et l’exclusion des personnes en fonction de leur identité, comme le mentionne notre Déclaration en matière d’égalité.

Avec notre approche en matière d’écriture inclusive, nous aspirons à ce que nos mots soient alignés avec notre vision, nos pratiques et nos programmes de recherche. 

Les mots ne sont pas que le reflet de notre société. Ils participent aussi à sa construction. Notre façon d’écrire façonne le monde dans lequel nous vivons. 

Et ce monde, nous le voulons résolument inclusif.

Principes et méthodes 

Avec son approche en matière d’écriture inclusive en français, le CRDI : 

  • abandonne l’emploi du masculin générique; 
  • réfute la règle du « masculin l’emporte sur le féminin »; 
  • adapte les méthodes d’écriture inclusive selon le contexte; 
  • assure la lisibilité et l’intelligibilité des textes produits. 

Selon la définition retenue par le CRDI, l’écriture inclusive comprend différentes méthodes de rédaction visant à inclure toutes les personnes sans discrimination de genre ou autre. 

Parmi les méthodes retenues, on retrouve :

  • la rédaction épicène (« l’équipe de recherche »); 
  • la féminisation syntaxique (« les chercheurs et chercheuses »); 
  • l’accord de proximité, qui consiste à accorder l’adjectif ou le participe passé avec le nom ou le pronom le plus près (« les chercheurs et chercheuses inscrites »). L’accord peut donc se faire au masculin ou au féminin et varier dans un seul et même texte; 
  • la forme tronquée (« les chercheur∙euse∙s ») réservée aux réseaux sociaux, aux descriptifs de postes et aux formulaires; 
  • la rédaction non binaire (« iels ») lorsque les textes concernent des personnes non binaires. 

Un des principes de notre Déclaration en matière d’égalité est celui de la cohérence. Nous voyons la cohérence comme un objectif vers lequel tendre et l’écriture inclusive nous permet de nous en rapprocher. 

Notre approche est donc tout sauf statique. Elle est en constante évolution. 

La langue évolue. Nos pratiques également.  

* Notre approche en matière d’écriture inclusive a été adoptée à l’automne 2022 et sera déployée graduellement.